L’appel de la foresterie

On ne peut nier que les perspectives du secteur forestier sont passées, ces dernières années, à un optimisme déterminé. Compte tenu des marchés internationaux comme la Chine et le Japon qui stimulent la demande, de niveaux de récolte à la hausse et de la recherche active de nouveaux usages innovateurs pour le bois, la foresterie devrait être un secteur qui peut facilement attirer la prochaine génération d’esprits jeunes et vifs. L’expérience montre cependant souvent le contraire.

Peut-être cela découle-t-il du fait que plus de jeunes grandissent à l’intérieur, abonnés à leurs tablettes, à leurs téléphones intelligents et à YouTube, mais les étudiants semblent devenir insensibles aux attraits de la grande nature, qui a poussé d’innombrables forestiers professionnels actuels à se joindre au secteur. Malgré ces difficultés, plusieurs entreprises forestières mettent de l’avant des initiatives créatives pour, dans certains cas, inspirer les étudiants et, dans d’autres, fournir des compétences pratiques et directement applicables aux emplois.

Ce numéro de BC Forest Professional se penche sur l’enseignement et la main-d’œuvre sous différents angles. Notre premier article d’opinion souligne la nécessité du recrutement, se basant sur des statistiques qui prévoient d’importantes possibilités d’emplois avec le début des départs à la retraite de la génération des baby-boomers. On s’intéresse ensuite, dans trois articles, aux efforts d’une entreprise forestière pour sensibiliser les élèves du secondaire, au moment où plusieurs songent à leur choix de carrière, au programme fructueux d’une entreprise pour donner l’expérience pratique, sur le terrain, des opérations forestières ainsi qu’à une initiative nationale sur les médias sociaux, qui montre aux jeunes le secteur forestier sous un nouvel éclairage.

Le milieu de l’enseignement est aussi présent dans ce numéro : le College of New Caledonia donne des détails sur divers partenariats de recherche appliquée rendus possibles par le financement de 2,4 millions de dollars qu’il a obtenu. L’Université de la Colombie-Britannique discute plutôt de son programme de foresterie urbaine, un domaine d’étude qui pourrait convenir à ceux qui veulent faire de la foresterie dans le confort d’un environnement urbain. On parle aussi d’une autre industrie où la formation en foresterie pourrait être appliquée, soit le secteur du pétrole et du gaz.

Notre dossier spécial convient parfaitement au thème de ce numéro, car il fait connaître les étudiants qui ont obtenu des bourses de ForesTrust, l’organisme de charité enregistré de l’ABCFP. Nous présentons les lauréats et profitons de cette occasion pour connaître leur point de vue sur la façon dont leur formation en foresterie a eu un impact positif sur leur vie. C’est un numéro optimiste, qui comporte une série d’articles dont nous sommes très fiers. Nous espérons qu’après les avoir lus, vous aurez le même sentiment par rapport au secteur que vous avez choisi pour votre carrière.

Une réponse à L’appel de la foresterie

  1. Website dit :

    A fascinating discussion is definitely worth comment. I do think that you should write more on this topic, it may not be a taboo subject but usually people don’t speak about such issues. To the next! Best wishes!!|

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *