story-home

La possibilité d’avoir une carrière

EUGENE CARDINAL

« Si vous voulez élargir vos compétences et progresser dans votre carrière, vous avez vraiment beaucoup de possibilités. »

Eugene Cardinal est né et a grandi du côté nord du Lac la Biche, en Alberta. Il a vécu dans la région pratiquement toute sa vie, y compris les 20 dernières années à l’emploi d’Alberta-Pacific Forest Industries (Al-Pac). Ayant profité de la formation et des apprentissages offerts par la compagnie, il est maintenant technicien en instrumentation électrique, un membre apprécié de l’équipe qui joue un rôle essentiel dans la bonne marche de l’usine. Eugene travaille dans l’industrie canadienne des produits forestiers, dans la main-d’œuvre la plus verte.

Voici son histoire.

Je suis fier de dire que j’ai vécu autour du Lac la Biche pendant 98 pour cent de ma vie. J’ai grandi à environ 75 kilomètres de l’usine de pâte d’Al-Pac et bien que j’aie déménagé pour aller étudier à Edmonton et travailler quelque temps à Fort McMurray, cet endroit a toujours été chez moi. Lorsque Al-Pac m’a offert un poste à long terme il y a plus de 20 ans, je n’ai pas pu refuser.

Comme technicien en instrumentation électrique, mon poste comporte beaucoup d’entretien préventif plus une certaine part d’entretien correctif. Nous inspectons tous les différents instruments et analyseurs utilisés dans l’usine. Si nous décelons un problème, nous faisons une demande de travail. Si le problème est critique et doit être réglé sur-le-champ, nous y allons et le réglons. C’est un travail très pratique et ça peut être très exigeant à certains moments. C’est ce que j’aime.

J’aime aussi voir l’impact de mon travail. Nous avons prévu des journées d’arrêt où toute l’usine cesse les activités pour que nous puissions travailler dans toutes les sections de l’établissement en même temps. Lorsqu’on remet les machines en marche et que tout fonctionne à la perfection, je sens vraiment que je n’ai pas perdu mon temps.

Un conseil que je donnerais à quiconque cherche un travail en foresterie, c’est de faire un apprentissage. Ça m’a vraiment aidé. Al-Pac fait faire des rotations aux apprentis dans les différents secteurs pour qu’ils puissent découvrir ce qu’ils aiment et dans quoi ils sont bons. J’ai fini mon apprentissage en instrumentation ici et je suis maintenant dans ma troisième année sur quatre d’apprentissage en électricité. On m’a offert bien d’autres postes au fil du temps : mécanicien-monteur, tuyauteur, soudeur, et j’en passe.

La compagnie réserve de l’argent pour la formation en leadership. Je suis maintenant chef d’équipe remplaçant. Je suis allé à Edmonton pour cette formation au Northern Lakes College. Si vous voulez élargir vos compétences et progresser dans votre carrière, vous avez vraiment beaucoup de possibilités.

En plus, le salaire est très intéressant et on a un bon équilibre travail/vie personnelle. Je travaille du lundi au jeudi, des quarts de travail de 10 heures. Je profite de fins de semaine de trois jours toutes les semaines, ce qui est vraiment bien. En plus, les horaires sont flexibles. Si vous êtes le coach de l’équipe sportive de vos enfants ou que vous devez accompagner votre femme en ville pour voir un spécialiste, on vous donne du temps et vous appuie à 100 pour cent.

Si vous combinez tous ces avantages avec le style de vie qui prévaut dans cette partie du pays, il est facile de voir pourquoi je suis chez Al-Pac depuis si longtemps.

L’industrie des produits forestiers est vraiment un bon choix pour moi. Et maintenant, nous cherchons de nouveaux employés. Beaucoup d’emplois sont offerts et je dirais à tous ceux qui veulent travailler dans une industrie où on peut voir l’impact de notre travail quotidien qu’un emploi dans le secteur des produits forestiers serait vraiment un plus pour eux aussi.