story-home

Les possibilités sont nombreuses

NICOLE LEIBEL

« Mieux je fais mon travail, mieux vont les choses pour tous les autres. »

Nicole Leibel est partie de la Colombie-Britannique pour s’installer à Swan River, au Manitoba, en 1987. D’abord manœuvre à l’usine de Louisiana Pacific Canada, elle a gravi les échelons jusqu’à une carrière en contrôle de la qualité. Ce poste lui offre des horaires flexibles, nécessite des compétences en programmation et lui donne la chance de faire une contribution appréciée sur une base quotidienne. Nicole travaille dans l’industrie canadienne des produits forestiers, dans la main-d’œuvre la plus verte.

Voici son histoire.

J’adore Swan River. Je travaille à seulement 15 minutes de la maison. Je suis entourée de montagnes et de lacs. C’est tellement facile d’aller pêcher ou camper. Ayant grandi en ville, je n’avais jamais connu rien de semblable : il y avait moins d’agriculture et beaucoup plus de ciment.

Je ne m’attendais pas à trouver les possibilités que j’ai trouvées à LP quand je suis venue à Swan River en 1987 pour m’occuper d’affaires familiales. J’ai été engagée à l’usine comme manœuvre, mais cela m’a ouvert tellement de portes. Je pense que j’ai occupé à peu près tous les postes qu’il y a ici! J’ai travaillé dans la cabine de peinture, sur la chaîne de bois embouveté et au débitage des billes.

Aujourd’hui, cependant, je travaille au contrôle de la qualité. Je suis responsable d’outils comme des débitmètres et des hygromètres, qui surveillent nos procédés. Je les entretiens, les calibre et m’assure qu’ils fonctionnent bien. C’est un mélange parfait de travail de bureau et de résolution de problèmes pratiques. Si quelque chose ne fonctionne pas comme ça devrait, je dois trouver pourquoi. J’aime cet aspect : aller au fond des choses et trouver une solution. On sent qu’on fait quelque chose d’important. Mieux je fais mon travail, mieux vont les choses pour tous les autres. C’est gratifiant de voir les choses aller si bien.

Je suis plutôt en minorité ici, car je suis Autochtone et je suis une femme. À l’usine, il y a une centaine de travailleurs, surtout des hommes, mais quand on regarde toutes nos personnalités, on voit la même détermination. Nous aimons tous nous salir les mains. La plupart des nouveaux employés commencent comme manœuvres, mais les possibilités sont nombreuses. On peut gravir les échelons dans ce qui nous intéresse.

J’ai suivi des cours du soir à l’Academy of Learning pour mon diplôme en informatique, qui est très utile dans le service de contrôle de la qualité, parce que beaucoup de nos appareils nécessitent de la programmation. Nous traversons d’importants changements à l’usine en ce moment, car nous commencerons à fabriquer un tout nouveau produit, alors j’ai dû réécrire beaucoup de programmes pour les adapter à la nouvelle situation. C’est un énorme projet. Nous allons fabriquer des parements et nous aurons probablement besoin de 40 nouveaux employés, alors c’est très stimulant.

Et, bien sûr, il n’y a pas que le travail. J’ai des horaires flexibles. J’ai congé le samedi, le dimanche et le lundi. Je ne pourrais avoir mieux.

J’encouragerais certainement quiconque cherche du travail à essayer l’industrie forestière. Il y a tant d’options et on peut trouver ce dans quoi on excelle et où nos compétences sont le plus utiles. Je sais très bien que notre usine n’est pas la seule à s’agrandir et à changer de produits. Il se passe beaucoup de choses dans l’industrie aujourd’hui et beaucoup de nouveaux postes en découleront.